Professionnels de santé


Sécurité des édulcorants de la stévia / glycosides de stéviol

stevia herb

Des études soutiennent clairement la sécurité des édulcorants de la stévia. En décembre 2008, la Food and Drug Administration (FDA) américaine a déclaré qu'elle n'avait aucune objection aux conclusions des experts comme quoi le rébaudioside A bénéficie du statut GRAS pour utilisation comme édulcorant d'usage général. à ce jour, la FDA a déclaré qu'elle n'avait aucune objection aux notifications GRAS de trois différents édulcorants de la stévia.

Pour qu'un nouvel ingrédient d'aliment ou de boisson soit autorisé à entrer sur le marché américain, il doit soit être approuvé par la Food and Drug Administration (FDA), soit avoir le statut GRAS. La qualité et la quantité de preuves scientifiques nécessaires à une substance pour obtenir le statut GRAS sont les mêmes que pour qu'un additif alimentaire soit approuvé par la FDA. Toutefois, pour le statut GRAS, il existe une exigence de connaissances générales et d'acceptation de ces connaissances par des scientifiques qualifiés. La publication par une revue scientifique à comité de lecture est le mécanisme normalement utilisé pour s'assurer que les informations scientifiques nécessaires soient généralement disponibles.

Des études récentes, incluant des études sur l'homme concernant la sécurité, le métabolisme et les apports, soutient la sécurité des édulcorants de la stévia comme substituts au sucre. Le JECFA a mené une méta-analyse scientifique approfondie des données existantes sur les glycosides de stéviol et en a conclu qu'ils sont sans danger en ce qui concerne leur usage dans  les aliments et dans les boissons. En se fondant sur la quantité de recherche publiée, des experts scientifiques indépendants, aux Etats-Unis et ailleurs dans le monde, ont conclu que les édulcorants de la stévia sont sans danger pour les gens de tous âges et de toutes populations et une Dose Journalière Admissible (DJA) de 4 mg de stéviol par kg de masse corporelle a été déterminée. Consommer plus que la DJA ne signifie pas qu'un effet se manifestera, parce que la DJA inclut une large marge de sécurité au-dessus de ce qu'on estime être le « Niveau sans effet observé. » Le JECFA a assigné une DJA de 4 mg/kg de masse corporelle pour les glycosides de stéviol, exprimée par rapport au stéviol. L'estimation de la prise de glycosides de stéviol, même chez les plus gros consommateurs, ne dépasse pas la DJA. Food and Chemical Toxicology a publié un supplément spécial sur la sécurité des édulcorants de la stévia en mai 2008.

De plus, des études cliniques montrent que les glycosides de stéviol, satisfaisant les critères de pureté établis par du Comité d'experts conjoint FAO/OMS sur les additifs alimentaires (JECFA), n'ont aucun effet ni sur la pression sanguine, ni sur la réponse glycémique, ce qui indique que les édulcorants de la stévia sont sûrs pour les diabétiques. Avec zéro calorie, les édulcorants de la stévia offrent aux diabétiques une plus grande variété et une plus grande souplesse dans la gestion de leur prise calorique totale et les aident à gérer leur poids.

Un autre avantage de la stévia comme substitut au sucre : on ne connaît aucune allergie aux édulcorants de la stévia.

Métabolisme

sugar substitute

Sur la base des études menées ces dernières années, le Comité d'experts conjoint FAO/OMS sur les additifs alimentaires (JECFA) a conclu que les édulcorants de la stévia sont métabolisés par le métabolisme ordinaire. Cela commence dans l'intestin, où les glycosides de stéviol sont décomposés en stéviol. Le stéviol est excrété dans les urines en stéviol glucuronide. Les composants métabolisés des glycosides de stéviol quittent, pour l'essentiel, le corps sans s'y accumuler.

 

 

bottom

Le Calorie Control Council, une association à but non-lucratif fondée en 1966, cherche à fournir aux consommateurs un canal objectif de communications scientifiques sur les aliments et boissons pauvres en calories, afin de garantir que les informations de la recherche scientifique soient accessibles à
toutes les parties intéressées.
© Copyright Calorie Control Council.